Passer les foudres de la validation

Passer les foudres de la validation

Un contenu écrit professionnel échappe rarement à l'épreuve d'une validation tierce. Voici quelques tactiques pour amener au plus vite chaque profil de relecteur à la version finale approuvée :

  • Le relecteur "confort" : orienté efficacité et résultat, il valide vite et bien, sans modifier grand chose, voire rien. L'idéal!
  • Le relecteur "ma griffe à moi" : il a besoin de s'approprier le texte et d'y mettre sa patte, quitte à effectuer de "fausses corrections" - il aime remplacer "à présent" par "actuellement". Pas de souci : on garde sa version finale qui lui fait plaisir et on avance!
  • Le relecteur "j'avais oublié" : stimulé par le format écrit, il complète le propos avec des arguments omis dans le brief initial. Le fond s'enrichit, tant mieux, mais le volume explose! Il faut alors retailler et renvoyer le résultat pour validation. On croise les doigts : souvent, ça passe sur ce deuxième round.
  • Le relecteur "j'en sais rien" : ce relecteur manque d'idées claires, du coup aucune version ne convient. Pour ne pas embarquer dans une validation sans fin, on peut solliciter un avis extérieur avec l'autorité de trancher.
  • La relecture multipartite: vive le mode ultimatum pour obtenir une validation collégiale. On apporte les corrections du relecteur le plus réactif et on renvoie la version considérée comme finale sauf autre remarque d'ici une date limite. Les retours des uns s'accélèrent, alors que le silence des autres vaut caution.

Toutes nos actualités

Toutes les actualités