Quelques chiffres sur la qualité des contenus sur le Web

Quelques chiffres sur la qualité des contenus sur le Web

Acrolinx, éditeur d'une solution d'assurance qualité des contenus, a passé 150 000 pages Web à la moulinette de son moteur linguistique analytique - soit 20 millions de phrases issues des supports Web de 340 sociétés au monde. Ajoutez à cela une compilation d'autres études du marché et voici ce que révèle son Global Content Impact Index sur l'effet de la qualité des contenus en ligne:
Tout le monde veut faire du contenu de qualité, mais sans toujours réussir. D'ailleurs, 70% des pros du marketing investissent davantage dans le marketing de contenu, mais la majorité reste insatisfaite de l'efficacité obtenue.
Tiens donc. La qualité des contenus ne serait-elle pas encore assez mature?
Comme le dit IDC : le contenu doit stimuler des actions qui amènent à la relation commerciale. Il doit être perçu par les internautes comme un service à valeur ajoutée, loin d'une interruption ou d'un pitch commercial.
La qualité des messages compte, celle de la langue aussi : selon une enquête de Global Lingo au Royaume-Uni, pour 59% des internautes, les fautes et erreurs de typo sont rédhibitoires pour acheter sur un site marchand. 74 % des répondants confirment remarquer la qualité grammaticale et la syntaxe de ce qu'ils lisent en ligne.
Résultat des courses chez Acrolinx (revenons à nos moutons ): seuls 32% des entreprises atteignent ou dépassent le seuil de qualité à partir duquel le contenu a un impact positif et efficace sur l'internaute.
Le remède: cesser de passer la quantité avant la qualité, cesser de confondre contenu produit et institutionnel avec contenu à valeur d'engagement pour la relation commerciale, injecter plus de rigueur dans la rédaction des textes.

Toutes nos actualités

Toutes les actualités